agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Biographie de Théophile Maupas

Théophile Maupas est né à Mongardon, petite commune du canton de la Haye-du-Puits le 3 juin 1874.

Blanche et Théophile Maupas
Dés sa plus tendre enfance, il était d’un naturel très calme. Dés lors qu’il possédait des jeux de construction, des dessins, de la peinture ou une trompette, "le gros" s’isolait et ne causait plus aucun tracas aux parents. Un an de pension à Quetreville sur Sienne lui suffit pour obtenir le brevet élémentaire et son admission à l’école normale de Saint-Lô en l’année 1891. Bon élève, Maupas se distinguait particulièrement par son habileté et son goût pour la musique. Théo est nommé instituteur stagiaire à Bréhal le 6 novembre 1894. Théo sera titularisé comme instituteur adjoint en 1900. Théo était patriote. Après avoir rempli ses obligations militaires au 136e d’infanterie le 12 septembre 1895, 2e compagnie dans la musique militaire, il répéta avec sa fanfare de Bréhal, les airs militaires qu’il avait joués. En 1899, Théo se marie à 26 ans avec Blanche Ernestine Malard de Tourville sur Sienne. Cette dernière décédera d’une tuberculose en 1905. Terrible chagrin pour Théo et la petite Suzanne sa fille.

En 1907, il se remaria avec une de ses anciennes élèves de Bréhal et elle s’appelait Blanche Herpin devenue elle-même institutrice.

Ils obtiennent un poste double à Rouxeville le 1er septembre 1907. C’est dans cette commune que va naître Jeanne, appelée familièrement "petit Jean" le 10 février 1910.

Théophile va s’absenter du 25 mai au 2 juin 1910 pour une période d’exercices dans le 80e régiment d’infanterie. Le 20 juillet 1910, il est nommé caporal. Après 5 années à Rouxeville, le 1er janvier 1912, Théo et Blanche sont nommés à Le Chefresne, il prendra en charge le secrétariat de Mairie. En juillet 1914, Blanche Théo et Jeanne, profitent de leurs vacances à Saint Martin de Bréhal. Vacances écourtées par l’annonce de la mobilisation générale du dimanche 2 août 1914. Tous rejoignent Le Chefresne. Pour eux et pour tant d’autres familles, la vie va basculer dans le drame. Théo viens d’avoir 40 ans, Blanche 30 ans, Jeanne 4 ans, et Suzanne 13 ans.

Théophile est mobilisé, il arrive à la caserne Bellevue, à Saint-Lô le 14 août 1914. Blanche va prendre en charge pendant un an, en plus de la sienne, la classe de son mari, 70 garçons et filles dans un local exigu et délabré. Ainsi que le secrétariat de mairie.