agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Réhabilitation de Théophile Maupas et inauguration de la place Maupas

Le dimanche 16 février 2003 au matin, le clocher du Chefresne a rendu au "caporal de Souain" ce dû aux morts, à l’issue d’une cérémonie suivie par une soixantaine de personnes dans la cour de la mairie appelée place Théophile Maupas depuis plusieurs mois déjà.

Discours du maire, Jean-Claude Bossard la plaque de granit

Le Chefresne a d’ailleurs toujours su, si ce ne sont quelques ragots douteux et habituels durant la guerre 1914-1918, rendre son "honneur perdu" à son "fusillé pour l’exemple". Dés 1921, le nom de Maupas avait trouvé place sur le monument aux Morts pour la France du cimetière. Mais, curieusement, pas sur le tableau tricolore rendant "honneur et reconnaissance à nos soldats" accroché dans la mairie.
"Par devoir de mémoire... Pour rattraper l’histoire", a déclaré Jean-Claude BOSSARD, ceinturé de son écharpe de maire, dans la cour de l’ancienne école pavoisée. Cérémonie poignante, en présence de la troupe qui avait présenté, la veille, la pièce de théâtre.

Inscription sur le tableauParticipaient également à cette émouvante cérémonie, Jean Laurent, petit-fils de Blanche et Théophile Maupas, Roger Groschêne dont le grand-père avait témoigné en vain de l’innocence de Théo Maupas et Philippe Gosselin dont un mémoire innocentant également "les fusillés de Souain" fut écrit dés avril 1915 par le capitaine Auguste Chapey, son arrière-grand-père, et qui, déposé prés de la Ligue des Droits de l’Homme en 1920, figure dans le dossier qui participa à la réhabilitation des quatre caporaux de la Manche sacrifiés ensemble.

Une plaque de granit "à nos instituteurs" orne désormais un mur de la cour de l’école devenue mairie, perpétuant ainsi le vœu prononcé par Théophile Maupas devant son peloton d’exécution, de "ne pas oublier".

Et puis, avant que l’église ne fasse tinter tardivement sa cloche, quatre-vingt-huit ans après, Jean-Claude Bossard, sous les yeux émus de tous et dans un silence pathétique, a enfin écrit le vingt-et-unième nom manquant sur le tableau des morts du Chefresne...

Voir la galerie photo